Harrison Ford | Philip K. Dick - Le site dickien

Quand Harrison Ford parlait de Blade Runner

Dans cette archive de l’INA, le 19 sept. 1982, Harrison Ford faisait la promo de Blade Runner.



Comments

Blade Runner - dernier jour

bladebw7

Certains films sont obsédants comme un rêve de licorne. Le tournage de Blade Runner a été épique, frôlant souvent la catastrophe et a été riche en conflits. Il a été surtout rendu compliqué par une menace de grève de la Directors Guild qui devait débuter le 1er juillet 1981. Ridley Scott, s’il voulait finir son film, devait par conséquent absolument boucler son tournage avant la date fatidique.
Sinon, il allait devoir suivre les consignes de son syndicat et se retirer du projet…
Quand la date buttoir approche, l’équipe, déjà tendue, devient frénétique. Il reste à filmer le combat sur le toit entre Deckard et Batty ainsi que la scène de la mort de Batty...
Commencent alors trente-six heures de tournage où la pluie accentue la fatigue et l’épuisement. Les acteurs font la plupart de leurs cascades. Rutger Hauer improvise les dernières paroles de son personnage et Harrison Ford n’a plus besoin de jouer l’effondrement de son personnage, quand, au petit matin, on tourne les derniers plans.
Tournage de Blade runnerTournage de Blade runnerTournage de Blade runnerTournage de Blade runner

(Source des photos)



Comments

La promo de Blade Runner




1982... Certains d’entre vous écraseront une larme d’émotion devant cette curiosité où l’on découvre Harrison Ford faisant la promo de Blade Runner, sur Antenne 2.


Comments

Harrison Ford & Blade Runner

Quand Harrison Ford parle au Figaro, ce n'est pas tant l'annonce d'un nouvel opus d'Indiana Jones qui nous attire, mais l'évocation du tournage de Blade Runner qu'il a vécu dans la souffrance. Manifestement le temps panse toutes les blessures.

À l'époque du tournage de « Blade Runner », vous aviez eu de nombreuses tensions avec Ridley Scott. D'une mésentente avec un réalisateur peut donc naître un film culte ?
Ma relation avec Ridley n'a pas été aussi catastrophique qu'on l'a dit. Et nous ne nous sommes pas brouillés. C'est devenu une légende. Je ne nie pas les désaccords et les disputes vigoureuses avec Ridley mais j'ai toujours admiré son intelligence, sa façon de filmer. Les complications dans le processus créatif ne définissent pas l'expérience.


Comments

Paul M. Sammon - Future Noir

dick future noir
Parlons enfin de Future Noir, la Bible définitive sur Blade Runner.

Vous me direz, "J'ai déjà vu le documentaire Dangerous Days inclus dans le coffret DVD !", je vous répondrai que si le documentaire est déjà assez exceptionnel en soi, il ne constitue par bien des aspects qu'une longue bande-annonce pour le livre ! En effet après avoir lu ce dernier non seulement vous saurez quasiment tout ce qu'il y a à savoir sur l'épopée du tournage, mais vous le saurez avec une somme de détails qu'aucun documentaire ne peut offrir.
Une chose est importante à dire : ce livre est une édition augmentée du premier livre paru en 1996. Ainsi les 374 premières pages sont constituées de cette première version, tandis que les 211 pages suivantes sont totalement nouvelles et font le point sur tout ce qui a pu avoir lieu entre 1982 et la sortie du DVD collector, The Final Cut.
On peut regretter cette division et que Paul M. Sammon n'ait pas eu le temps nécessaire pour une réécriture complète de son ouvrage (voir l'interview où il s'en explique). Mais en l'état nous avons déjà une somme d'informations étourdissante.
Qu'en est-il exactement ?
En 1980, la revue Cinefantastique a chargé Paul M. Sammon de couvrir le tournage de ce qui s'annonçait comme un futur triomphe. Un metteur en scène prestigieux, une star de premier plan et un auteur de SF réputé : le cocktail semblait imparable! Le journaliste s'immergeait dans une production à la fois complexe et fascinante dont on allait lui ouvrir toutes les portes. Il devenait ainsi le témoin privilégié d'une histoire fascinante.
Future Noir est à la fois le compte rendu de cette histoire, enrichi de nombreux témoignages, d'interviews en profondeur et de multiples données factuelles.
Bien sûr nous touchons parfois à l'anecdotique (vous saurez tout des spinners et de leur sauvegarde). Mais souvent nous atteignons l'essentiel.
En quoi est-ce que cela concerne le dickien que nous sommes ? Paul M. Sammon a connu Philip K. Dick et lui rend hommage à de multiples reprises, à la fois en traitant du roman Do Androids Dream of Electric Sheep ?, en racontant ses rapports avec la production et en analysant finement les liens entre Dick et le(s) scénario(s).
Les temps forts de cette nouvelle édition sont certainement les deux interviews majeures que sont celles de Ridley Scott et celle d'Harrison Ford (ce dernier ayant même lu le roman de Dick lors de ses recherches sur le personnage de Deckard).

En un mot comme en cent : indispensable.

Le livre est disponible par correspondance chez alapage ou Amazon.

Sur le même sujet lire :




Comments
Etienne Barillier © 2007-2017