Le Maître du Haut Château | Philip K. Dick - Le site dickien

Le Maître du Haut Château

Nouvelle traduction d’un roman de Philip K. Dick, Le Maître du Haut Château est certainement l’un des meilleurs moyens de lancer la célébration d’une année dickienne.
Pour vous faire comprendre que le texte a énormément changé, dans sa profondeur, voici un tableau présentant côte à côte la traduction originale de Jacques Parsons et ensuite celle de Michelle Charrier. Le tableau parle de lui-même.

Bien sûr la correction qui a fait tiquer quelques oreilles est la transformation du titre du roman de Hawthorne Abendsen : La sauterelle pèse lourd est devenu Le poids de la sauterelle. (Pour mémoire, dans le version originale, le titre est The Grasshopper Lies Heavy.) J’aime ce changement même s’il est dur de voir changer une habitude… Et de prendre conscience combien nous avons été dépendant du travail du traducteur. Travail qu’il ne s’agit pas de dénigrer, ce serait sot de le faire, mais de constater combien une traduction est fragile et qu’elle gagne à être revitalisée.

Je (re)lis le roman actuellement avec un grand plaisir.
J’espère qu’il en est de même pour vous !

Ancienne traductionNouvelle traduction
Depuis une semaine, Mr R. Childan guettait avec anxiété l’arrivée du courrier. Mais la précieuse expédition en provenance des États des Montagnes Rocheuses n’était toujours pas là. En ouvrant son magasin, ce vendredi matin, il ne vit sur le sol que quelques lettres tombées par la fente et il pensa : « Il y a un client qui ne va pas être content ! » Au distributeur mural à cinq cents, il se versa une tasse de thé instantané, prit un balai et se mit à faire le ménage. La devanture de l’American Artistic Handcrafts Inc. fut bientôt prête à recevoir les clients; tout était reluisant de propreté, la caisse enregistreuse avait son tiroir plein de monnaie, il y avait dans un vase un bouquet de soucis fraîchement cueillis, la radio diffusait une musique de fond. Dehors, sur le trottoir, des hommes d’affaires se hâtaient vers leurs bureaux de Montgomery Street. Au loin, un tramway passait ; Childan s’interrompit un instant dans son travail pour le regarder avec satisfaction. Des femmes, dans leurs longues robes de soie aux couleurs vives... Il y eut une sonnerie de téléphone. Il se retourna pour aller répondre.M. R. Childan avait beau scruter son courrier avec anxiété depuis une semaine, le précieux colis en provenance des Rocheuses n'arrivait pas. Lorsqu'il ouvrit son magasin, le vendredi matin, seules quelques lettres l'attendaient à l'intérieur, devant la porte. Je connais un client qui ne va pas être content, se dit-il.
Il prit une tasse de thé instantané au distributeur mural à cinq cents, s'empara du balai et se mit au travail. Quelques minutes plus tard, la devanture d'American Artistic Handcrafts était prête : propre comme un sou neuf, la caisse enregistreuse pleine de monnaie, un vase de souci frais sur le comptoir, une discrète musique de fond, diffusée par la radio. Sur le trottoir, des hommes d'affaires se hâtaient vers le bureau de Montgomery Street. Plus loin, un tramway passait ; Childan s'interrompit le temps de le suivre des yeux avec plaisir. Des femmes en longue robe de soie colorée… il les suivit des yeux aussi. Ce fut alors que le téléphone sonna. Il pivota pour décrocher.



blog comments powered by Disqus
Etienne Barillier © 2007-2017