L'homme dont toutes les dents étaient exactement semblables | Philip K. Dick

L'homme dont toutes les dents étaient exactement semblables

Titre original : The Man Whose Teeth Were All Exactly Alike

Traduction de Jean-Paul Gratias
Quatrième de couverture :

En relisant ses romans « traditionnels », Philip K. Dick notait ceci :

« Dans le lot, j'ai découvert un petit bijou : mon dernier roman "non SF", le numéron onze de cette série dont Les confessions d'un barjo sont le dixième titre. Intitulé L'homme dont toutes les dents étaient exactement semblables, c'est un livre écrit sans effets inutiles, empreint d'une certaine tendresse et pourtant drôle par moments... Cela se lit comme un mélange de Nathaniel West et F. Scott Fitzgerald. C'est l'histoire d'un Juif qui habite un petit village du comté de Marin, en Californie. Comme Jay Gatsby, Leo Runcible est un homme que l'on fuit, que l'on méprise. Il est exclu de la communauté et pourtant, il se détruit peu à peu en essayant de venir en aide à cette même communauté, et de la faire entrer dans le 20e siècle. Très précisément, Runcible tente d'équiper la région d'un réseau adéquat de distribution d'eau, qui pourra répondre aux besoins futurs d'une expansion inévitable. Mais il sera victime d'un canular cruel, monté par un de ses voisins qui a une dent contre lui. Intrinsèquement, ce canular est franchement comique, mais ses conséquences inattendues prendront une dimension tout à fait extraordinaire. »
comments powered by Disqus
L'homme dont les dents  de Philip K. Dick
Etienne Barillier © 2007-2017